test

Choisir le prénom de bébé : les étapes

Prenom2

Choisir le prénom de votre futur bébé n’est pas chose aisée… En un mot, vous allez devoir symboliser votre histoire à deux, mais aussi celles que vous portez, l’image que vous vous faites de la vie, votre milieu social et aussi l’avenir que vous envisagez pour cet enfant.
Alors forcément, on passe par des phases particulières et en parlant avec des futurs parents, je me suis rendu compte que ces phases étaient les mêmes pour tous.

On commence ce marathon en se disant que ça va être la mission la plus facile du monde

Depuis qu’on a six ans (si on est une fille), on a déjà gelé les choses dans notre tête. Alors on annonce, la confiance au front : « Si c’est une fille ce sera Clothilde…. », et on attend sereinement que l’autre valide.

Finalement, on se rend compte de la subjectivité de nos goûts

« Ahahaha, t’es sérieuse là ? Clothilde ? Pourquoi pas Cunégonde ?? Tu lis trop de classiques en ce moment je te jure… Bientôt tu vas me forcer à porter des redingotes… » (Je précise que dans cette chronique tous les prénoms ont été changés pour ne pas froisser les susceptibilités).
Bah oui, c’est comme si je demandais à l’Américain de lire du Jane Austen. Ou bien que lui m’impose de regarder  the Avengers…. Il va falloir trouver un compromis, entre les deux univers.
Le genre de phrases qu’on dit à ce stade : « Ca fait trop station de RER… » « On dirait que t’as sorti ce prénom d’une pièce de Molière… » « On dirait un nom de catcheur… »  « Mais je ‘men fous que Colette soit ton écrivain préférée… »

On cherche une zone commune de satisfaction

On prend l’autre en compte, mais au début on tâtonne… Le bon conseil ici, c’est de laisser reposer quelques temps, sinon on a l’impression qu’on n’y arrivera jamais.  C’est toujours « trop français », « trop manouche », « trop intello ». Bref, trop quelque chose.

Finalement, on fait des listes

Comme notre inconscient  travaille pour nous, on a des idées dans la journée (genre en réunion de travail). Evitez le SMS : « Tu penses quoi d’Igor », vécu par l’autre comme une agression. Attendez plutôt le moment propice  pour lui glisser gentiment (il/elle associera ce prénom au bonheur).

C’est plus facile pour une fille que pour un garçon

C’est comme les vêtements, c’est plus facile, ne me demandez pas pourquoi, il y a plus de choix.

Finalement, on cherche l’inspiration sur des sites de prénoms

On est perdus à ce stade, on ne sait plus où on en est…Des prénoms improbables nous semblent pas mal.

On a une short-list et on demande l’avis des proches

Nous pensons que c’est  une grave erreur de débutant.

Un prénom qu’on aimait bien est déjà « bloqué » par un couple d’amis

La règle c’est : le premier qui bloque le prénom le remporte. Vous ne pouvez rien faire contre ça, à part perdre des amis.

Finalement, on hésite entre deux, même dans la salle d’accouchement

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à ce stade, ce sera la la maman qui donnera le choix final, car elle vient en général d’accoucher, je vous le rappelle (elle a l’immunité totale pendant un moment. Et c’est vrai qu’à ce moment extatique on peut perdre un peu les pédales, alors on oublie le conseil « Quand vous verrez votre enfant vous SAUREZ son prénom… » Imaginez vous avez un bébé moche, allez vous lui donner un prénom que vous trouvez moche ? (Mais votre bébé sera le plus BEAU du monde bien sûr).

Un deuxième prénom ? OK.

Sera sûrement choisi par le papa et la maman, trop fatiguée, n’aura pas la force de contester. Attention : bien valider les orthographes des prénoms car le papa va se retrouver seul et fatigué à la mairie, pour faire la déclaration.

OUF votre bébé est nommé !!

Prenom

paragraphe

Conseil aux futurs parents : De toute façon, votre bébé aura un prénom en fin de course alors franchissez toutes les étapes sereinement. Bon courage et bonne chasse au prénom !

Texte écrit par Emilie Pernet / Illustration de Florence Pernet

5 thoughts on “Choisir le prénom de bébé : les étapes

  1. Mamanoquotidien.wordpress.com says:

    Je me reconnais dans certaines de ces étapes. Quand à demander l’avis des proches, c’est quelque chose que mon mari et moi nous sommes toujours refusé : la décision du prénom de nos enfants nous appartient et les proches n’ont pas à interférer ou nous influencer ;-)

  2. Summer Girl says:

    C’est exactement ça! il y aussi le « j’ai connu une fille qui s’appelait comme ça », on a toujours gardé le secret pour nos 2 garçons et on a bien fait car il y a toujours des remarques pas très agréables alors que là c’était unanime « j’aime beaucoup ce prénom » ;)

  3. P'tite Poulette says:

    Bon, OK je sors.
    J’ai osé envoyer les sms à Mister Poulet en pleine journée de taf…
    Mais c’est pas ma faute d’abord, c’est la faute aux hormones qui me bouffaient littéralement le cerveau ! Le choix des prénoms (oui, « des »…parce que le sexe est une surprise que l’on se garde pour le jour J, un peu de suspens ne fait pas de mal ^^) a été hyper tendu. Chaud du slip quoi.
    Je pensais que ça n’allait qu’être qu’un détail, et … ben nan! Finalement, seuls deux ou trois prénoms nous ont mis d’accord tous les deux. Choix restreint, mais depuis plusieurs mois (et j’accouche dans les jours qui viennent) on n’a pas changé d’avis ! Ouuuf….

  4. Woodkiwi says:

    Du coup j’ai pas vécu cette phase là… On est tombé d’accord naturellement sur les 1er 2eme et 3 eme prénoms pour une fille et un garçon depuis 1 an. Mon stress c’est qu une amie me « pique » le prénom avant que mon/ ma deuxième arrive. Sachant que le/la 1er/e arrive dans 4 mois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>