Preparation-accouchement

Cours de préparation à l’accouchement : mes moments les plus tragiques

Il est fortement conseillé, lors du congé maternité et AVANT l’accouchement, d’assister à des cours de préparation à l’accouchement, surtout si c’est votre premier. En effet, vous allez vivre un véritable effort physique, digne d’un sportif de haut-niveau, et pour ça, mieux vaut être préparée. ContrationLe problème, c’est que les cours de préparations ne sont que des cours, avec des mots. Je le dis et le redis, ma meilleure vraie préparation à l’accouchement a été la visualisation des épisodes de l’émission Baby Boom, où je finissais en larmes à chaque fois…
Durant ces cours de préparation à l’accouchement, il faut savoir qu’on se retrouve en chaussettes, sur des tapis tout mous, avec d’autres futures mamans complètement hormonées et parfois des futurs papas qui les accompagnent.

Autant vous dire que la salle est pleine d’énergies très hautes en émotions. On se retrouve vite à parler d’intimité avec des inconnues (et leurs mecs).
Voici les moments tragiques que j’ai vécus lors de ces divers cours de préparation.

Les moments où j’ai eu la chiale au bord des yeux

Autant vous dire que ma particularité dans la vie c’est l’hypersensibilité. Alors lorsque j’étais enceinte, c’était de la folie… J’avais régulièrement les larmes au bord des paupières… Je respirais fort pour me maîtriser.
A divers moment, lors de ces cours, j’ai cru que j’allais craquer, particulièrement quand la sage-femme nous répétait : « Vous allez vivre un moment très particulier et douloureux, soyons honnête » (chiale de flippe) « Mais pensez qu’après, vous aurez le plus cadeau de la vie, votre petit bébé, entre les bras… La plus belle rencontre de votre vie… » (chiale d’émotion trop forte)  « Concentrez-vous sur l’objectif… » (Chiale de pression).

Les cours où je suis allée seule

Il y a toujours la moitié des futures mamans seules, l’autre avec leur mec… En général, les mecs hallucinent et celles qui sont seules oublient que des mecs sont là et posent des questions intimes…Puis faire les exercices de respiration qu’on est censées faire à deux seule, ce n’est pas bien pratique, il faut attendre la prof qui fait le tour des esseulées…

Les cours où mon mec est venu

Il observait l’air amusé toutes ces femmes pleines d’émotions et a pris très au sérieux les explications sur l’arrivée de l’enfant (« Ah bon, mais elles le prennent pas pour le mettre à la nurserie ? » ). Mais c’est bien sûr ce moment qu’a choisi une participante pour demander si c’était vrai que les femmes font caca sur leur bébé en accouchant et si oui, comment éviter, et comment on en est venue à écouter 5 minutes de cours sur le suppositoire à la glycérine. J’aurais aimé que ce moment n’existe pas.

Le moment où la sage-femme a distribué la liste du nécessaire à emmener

Et où j’ai compris cette histoire de maxi-couches et de slips filet.

Le moment où j’ai du lever la main et poser cette question tragique : « Euh…Et si on a décidé de ne pas allaiter, mais donner le biberon ? »

Tous les regards étonnés se sont tournés vers moi, et j’ai senti que j’étais la seule sur la dizaine de participantes à avoir décidé de biberonner. Grande solitude.

Quand la sage-femme a essayé d’être rassurante en répétant : « N’oubliez pas que la contraction est votre amie … »

Mais qu’on sentait tous que la contraction était une chose atroce et douloureuse, et que ladite sage-femme essayait juste d’être rassurante en nous faisant un lavage de cerveau positif.

Quand on a visité les salles d’accouchement et les chambres

Et qu’on sentait que ça allait arriver dans quelques semaines, qu’on serait là, peut être sur cette chaise, en compagnie de nos meilleures amies, les contractions, à vivre un tournant de notre vie douloureux et magnifique…
paragraphe Preparation-accouchement
Futurs parents : Les cours de préparation, allez-y, c’est important parce que cela rend la chose palpable… On se rend compte que ça va arriver, on va vraiment avoir un bébé et on ne peut plus faire marche arrière !! Alors on rentre chez soi, faire une bonne sieste après toutes ces émotions…Mon conseil de lâche, c’est que le futur papa vienne, mais pas à tous les cours, comme ça vous pouvez poser tranquille vos questions sur les désagréments de l’accouchement…
Merci à la maternité Les Bluets à Paris pour cet accompagnement de compétition !

Texte écrit par Emilie Pernet, illustration de Florence Pernet.

3 thoughts on “Cours de préparation à l’accouchement : mes moments les plus tragiques

  1. sarrousse says:

    Hihi, je me retrouve tellement là-dedans.
    Et tout pareil pour le coup de l’allaitement, ce moment gênant où tu es regardée comme une mauvaise mère !
    Quand on a visité la mater, il y a une fille qui venait d’accoucher et on a entendu le bébé crier pour la première fois. On a toutes eu les larmes aux yeux comme des cruches, bon gros « chiale d’émotion ».

    • Roselayette says:

      Oui, c’est dingue ces moments de chiale commune où tu croises les regards des autres qui ont aussi les larmes au bord des yeux… Je me sentais un peu la paria de la mater avec cette histoire d’allaitement, mais ils ont été top et m’ont rassurée… Merci pour ton commentaire Sarrousse !

  2. LaurieJdr says:

    Oh bas ça me donne presque pas envie d’y aller tout ça lol. Internet n’est vraiment pas notre ami enceinte ^^
    Et puis très étonnés de voir parler des bluets à la fin :) j’ai bossé à l’hôpital Trousseau et j’aurai beaucoup aimé pour accouché là bas côté public (ou aux bluets tant qu’à faire) mes anciens collègues auraient pu venir me voir facilement :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>