elodie-blog-du-dimanch-top

INTERVIEW DE MAMAN : ÉLODIE DU BLOG DU DIMANCHE

elodie-le-blog-du-dimancheVoilà un moment que nous suivons  Élodie du Blog du Dimanche, une « mompreneur » comme elle aime bien se définir  elle-même. Il faut dire que personnellement,  je lis avec avidité ses billets sur l’organisation de maman freelance, ou comment être productive de la maison alors qu’on a envie de lancer une machine et de se faire un thé.
Élodie est la maman d’Elliot qui a bientôt 1 an et demi ! Dans la vie, elle travaille à son compte et plus précisément sur son blog… Elle crée  des petits ateliers à suivre en ligne pour embellir son quotidien ;  elle est fascinée par la déco, le développement personnel, l’organisation et l’éducation bienveillante.) Une mine de conseils intéressants !

POUR TOI, ÇA VEUT DIRE QUOI « ÊTRE UNE BONNE MÈRE » ?

Pour moi, être une bonne mère, c’est être à l’écoute de son enfant, le respecter en tant qu’individu, tenter de le comprendre et de lui apporter une sécurité affective.

SI TU DEVAIS DONNER UN CONSEIL À DE TOUT NOUVEAUX PARENTS, CE SERAIT LEQUEL ?

Si je devais donner un conseil à de nouveaux parents, je leur dirais que le secret de la réussite avec un nouveau-né est le travail d’équipe ! Se relayer le plus équitablement possible permet de récupérer et de prendre du recul. Je peux tricher et donner un deuxième conseil ? Il faut écouter son instinct plutôt que les conseils des autres !

CITE-MOI TROIS OBJETS QUI T’ONT SAUVÉ LA VIE DANS LES PREMIERS MOIS…

L’écharpe de portage : Qu’aurais-je fait sans elle ? Serais-je encore en vie ? Nul ne peut savoir ! Mon bébé est né avec un RGO (Reflux Gastro Oesophagien) causé par une allergie (ce qu’on a mis plusieurs mois à découvrir). Pendant les premiers mois, il ne pouvait s’endormir qu’à la verticale, contre le corps de maman ou de papa. Je l’ai donc beaucoup porté et l’écharpe a sauvé la vie de mon dos !

Le coussin de maternité : Non seulement il a été trèèèès utile à la fin de ma grossesse pour dormir, mais il a servi à sécuriser mon fils dans son lit quand il était trop grand pour le couffin et à le faire dormir avec la tête inclinée (nécessaire avec le reflux).

Les boîtes doseuses de lait qui s’empilent : Ne pas être obligé de compter les cuillères de lait en poudre en pleine nuit, ça sauve la vie !

ET TON ASTUCE POUR CALMER UN BÉBÉ QUI PLEURE ?

C’est justement l’objet d’un prochain article ! Tout d’abord j’élimine certains types de pleurs, au bout d’un moment on fait la différence entre un pleur de faim, de fatigue ou de douleur alors déjà ça met sur la voie. Si ce n’est aucun des trois, je tente de mettre des mots sur ses émotions. Je lui pose des questions, je lui demande s’il est frustré pour telle raison (c’est souvent le cas), s’il est en colère pour telle raison, s’il a peur pour telle raison en essayant d’analyser la situation en cours (ou qui s’est déroulée il y a peu).
En général, quand je trouve la bonne émotion ça l’apaise un peu, en tout cas il y a une réaction ! Ensuite je lui propose un câlin, ou de commencer un nouveau jeu, ou d’aller faire un tour. Pour les tout-petits, si ce n’est pas la faim, la fatigue ou la douleur, c’est peut-être la peur, le tout petit enfant a besoin d’être rassuré constamment !
LA solution miracle est l’apaisement mutuel accompagné de mots doux. S’apaiser soi-même pour apaiser son petit, lui parler tout doucement, le rassurer, le câliner (surtout, surtout le câliner). Voilà !

QUELS ONT ÉTÉ TES 3 PIRES BABY DRAMAS / MOMENTS DIFFICILES DE JEUNE MAMAN ?

Le retour de la maternité, sans hésiter ahah ! Très très difficile ! Déjà, on est lâché dans le grand bain après deux jours où on se sent sécurisé par le personnel, j’étais terrorisée à l’idée de ne pas réussir à m’occuper de ce tout petit bébé. Ensuite, il y a la chute d’hormones, de mon côté je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer quand mon bébé pleurait !

Toute la période RGO. Surtout le début, quand on ne savait pas trop ce qu’il avait. Chaque biberon était une épreuve, je me demandais pourquoi je n’étais pas capable de donner un biberon, c’était l’horreur ! Une fois qu’on a trouvé la raison, on a mis en place des solutions pour atténuer la douleur du petit jusqu’à la disparition des symptômes.

La première fois que j’ai du le laisser à une babysitter. Il avait 6 mois et je ne me sentais pas du tout prête, mais j’avais une mission freelance qui me demandait de travailler à l’extérieur de temps en temps. Je me souviendrais toute ma vie de son regard et de son pleur quand j’ai passé la porte en le laissant dans les bras de cette jeune fille que je connaissais à peine. C’était affreux, je culpabilisais à mort ! Au final ça s’est bien passé et cette babysitter était d’ailleurs géniale.

ET TES TROIS MOMENTS DE PUR BONHEUR ABSOLU DE JEUNE MAMAN ?

Facile !
La première fois que mon bébé m’a adressé un sourire. Bham ! Flèche dans le coeur.
La première fois qu’il m’a appelée « maman » (bon là, j’ai pleuré, j’avoue)
Ses premiers pas ! J’ai bien cru que j’allais verser ma larme (mais je filmais, alors ma voix est juste partie en cacahuète)

et bien sûr toutes les fois où il niche sa tête dans mon cou <3

QUELS SONT TES SITES / APPLIS / BLOGS DE MAMAN PRÉFÉRÉS ?

Je ne lis pas beaucoup de sites de maman, (je lis beaucoup de livres, en revanche !) mais je recommande le blog de Maman Orange (tenu par ma soeur, mais c’est pas pour ça que je le recommande ! C’est parce qu’elle traite des sujets fascinants), et je lis beaucoup ce blog plutôt orienté papas (en anglais) mais qui est génial et hyper intéressant : Fatherly (LE blog qui a converti mon homme aux lectures sur la parentalité).
Pour finir, un blog plutôt « maman lifestyle » mais que j’adore et que je trouve très inspirant, celui de Minireyve.

TU TRAVAILLES DE CHEZ TOI EN INDÉPENDANTE, QUELS SONT TES CONSEILS POUR BIEN S’ORGANISER ?

Bien s’organiser quand on travaille de chez soi réside dans deux choses fondamentales : la discipline et la préparation. Si on peut, il faut se caler des horaires de travail (ou tranches horaires, par exemple : Les siestes), et surtout de dresser une to-do réaliste AVANT de commencer à bosser (idéalement la veille au soir). Les créneaux pour travailler doivent être intenses et productifs, il faut donc savoir où on va et, si nécessaire, ne pas hésiter à se mettre plusieurs timers pour chaque tâche, histoire de ne pas s’égarer et perdre du temps.
Ensuite, tout est une question d’urgence et d’importance, il faut bien déterminer l’ordre des tâches,et commencer par la plus difficile (ou celle qu’on a le moins envie de faire), car une fois fait, cela donne l’énergie pour enchaîner le reste (et le plus dur est passé).

paragraphe

Découvrez son univers et son site :

blogdudimanche

 

 

Propos recueillis par Emilie Pernet

Laisser un commentaire